2 Commentaires

SAPHO : Premier RDV au Centre Anti-Douleur

Mon rendez-vous au CENTRE ANTI DOULEUR (CHI Elbeuf), initialement programmé au 14 aôut, a été avancé au 7 mai. C’est une très bonne chose, sachant que j’avais appelé en mars pour obtenir un RDV. Coup de bol, je gagne 3 mois grâce à un désistement !

Je me suis rendue au CHI Elbeuf hier matin pour cette première consultation avec le Dr G., Algologue. Ponctuelle et à l’heure, bonne qualité d’écoute… Je suis agréablement surprise. Le contact est très bon.

J’avais pré-rempli un questionnaire sur mes douleurs et leurs localisations, l’intensité, le type de douleurs et d’autres petites questions toujours sur le thème de la douleur, comment je les vis et les perçois, l’impact qu’elles ont sur mon quotidien et mon moral. J’imagine que c’ette étape là est incontournable. Je déteste ces formulaires mais il faut bien s’y soumettre.

Le dialogue s’installe, elle revalide certains points du questionnaire avec moi et prend pas mal de notes au fil de notre entretien.  L’algologue comprend trés vite que je suis bien aux faits de la pathologie et que je la comprends bien. Elle sait aussi que je l’accepte parfaitement et que je travaille à gérer ma douleur et mes crises, ainsi que la prise de médicaments. Elle comprend aussi que je tiens particulièrement à être ACTEUR de ma pathologie et que j’ai besoin de savoir ce qu’il se passe, ce que l’on faut et pourquoi on le fait.

Elle me demande quelles sont mes attentes, ce que j’attends du centre anti-douleur; je lui explique que je ne viens pas chercher un miracle ni une ordonnance de NARCO ultra chargée, mais des solutions pour m’aider à avancer et à continuer à vivre confortablement sans trop souffrir afin de m’aider à rester active et autonome. Je lui explique alors que le SAPHO me prive d’autonomie totale lors de grosses poussées inflammatoire me réduisant à l’état de légume incapable de bouger d’un yota et en me privant de sommeil, cela pendant, parfois, plus de 15 jours le temps que la crise passe ou que l’on intervienne via un traitement choc pour la couper net.

Je lui explique alors que cet aspect là de ma pathologie m’agace à un point inimaginable car j’ai un tempérament de battante et je suis de nature très autonome et dynamique. Je suis résistante à la douleur et je n’en ai pas peur. Je peux encaisser beaucoup mais j’avoue avoir beaucoup de mal à accepter cette perte d’autonomie…Cette perte totale et chronique d’autonomie me pèse vraiment beaucoup mais je travaille là dessus avec mon Psy.

Vient le moment des solutions proposées, en tenant compte des paramètres existants comme cette l’attente de grossesse désirée que nous avons mon mari et moi, le traitement analgésique de groupe 3 sous-dosé et prescrit par l’équipe rhumato du CHI qui me suit, l’arrêt des AINS car aucun bénéfice si ce n’est qu’un bonus malus de kilos constaté sur la balance…

MORPHINIQUES : augmentation des doses de morphinique à libération prolongée. On triple les doses, deux fois par jour UNIQUEMENT LORS DE POUSSEE INFLAMMATOIRE car visiblement je me gère bien avec la morphine à libération immédiate et vu que l’on cherche à avoir un deuxième enfant autant limiter la prise « lourde » de morphinique.

On maintient la prise et le dosage de morphinique à libération immédiate à la demande en respectant bien le déali de 4 heures écoulées entre chaque prise.

ELECTROTHERAPIE : elle me prescrit la location d’un appareillage à stimulation électrique par électrodes autocollantes afin de soulager les zones douloureuses via un courant électrique médical. 2 séances de 2h par jour ou 3 séances de 1h30, selon le besoin. Cette méthode va permettre de diminuer les contractures musculaire et atténuer la douleur. J’avais déjà eu ce genre de traitement chez un kiné en région parisienne, 3 fois par semaine, et cela avait bien fonctionné. J’étais plus détendue et donc la douleur moins intense.

SOPHOLOGIE : Elle me propose des séances de sophrologie que j’accepte. 5 RDV programmés et étalés sur plusieurs mois. J’avais pu essayer la SOPHROLOGIE dans le cadre de cours de préparation à l’accouchement et j’avais bien aimé l’expérience durat laquelle j’avais pu apprendre et acquérir quelques techniquse de relaxation  basées sur la respiration et le souffle pour soulager des douleurs… et j’ai vraiment beaucoup aimé cette expérience spirituelle. Pourquoi ne pas réitérer dans le cadre de SAPHO ?!?

KINESITHERAPIE : Elle me prescrit des séances Kiné pour 2 mois dans le but de soulager et détendre le rachis et les zones autour.

Voilà, je sors du RDV plutôt contente et pleine d’espoir car je sens que ce médecin a bien compris et mesuré mon état de souffrance et mes attentes. Mieux encore, elle a apporté des solutions pouvant potentiellement pallier à mes problèmes.

Mon prochain RDV est fixé le 14 août. Affaire à suivre !

Publicités

2 commentaires sur “SAPHO : Premier RDV au Centre Anti-Douleur

  1. Super ma petite aurielle!
    J’espere que ces solutions paralleles vont etre sympas pour essayer de tenir le coup!
    En tout les cas ce sont des pistes à explorer!
    Bon courage!
    Gros bisous

  2. Après la pluie le beau temps,j’suis très heureuse pour toi !! 🙂 Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :